Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 14:29
Nouveau Monument aux morts

La commune de Suriauville s'est dotée d'un nouveau monument aux morts, le précédent ayant montré des dégradations importantes (fissures suite à des infiltrations).

Repost 0
par LeJournaleux - dans Actualités
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 18:55

Parution du n° 7 des Cahiers 2015

Au sommaire:

- La visite de l'Archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine à La Mothe

- Les tableaux du 3ème siège de La Mothe

- Le château de Vrécourt

- Les moulins de La Mothe et ses meuniers: les Molard

- Le monument funéraire de Nicolas Dubois de Riocour

- L'anoblissement d'un marchand mothois: Nicolas Héraudel

 

Ils sont disponibles

 

·         à Montigny-le-Roi, maison de la presse, 84 rue de Lattre-de-Tassigny
·         à Nancy, librairie Dornier, 74 grand-rue (uniquement l’après-midi)
·         à Nancy, au Hall du Livre, 38 rue Saint-Dizier
·         à Neufchâteau, librairie Lambert, 63 rue Saint-Jean
·         à Neufchâteau, maison de la presse, Centre commercial Leclerc
·         à Vittel, maison de la presse, 220 rue de Verdun

( par correspondance à Jean CHARLES, 3 rue Victor Hugo, 67204 ACHENHEIM )

 

Prix du n°: 10 € (ou 14.85 € frais de port compris)

 

Le nouveau site de La Mothe

 

Les Cahiers de LA MOTHE - n° 7
Repost 0
par LeJournaleux - dans Actualités
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 17:12

Mère Mathilde a laissé une forte trace en Extrême-Orient où elle a œuvré la plus grande partie de sa vie.

Après les Japonais de l'école Futaba l'an dernier, ce sont des représentants de Singapour et de Malaisie qui se sont rendus à Suriauville le 6 juin dernier. Ils ont visité sa maison natale, l'église où elle a été baptisée et le cimetière où reposent ses parents.

Une messe, présidée par le Père PERRARD, missionnaire au Japon, originaire de Lignéville et descendant de RACLOT, a été célébrée en l'église de Suriauville avec l'abbé VUILLEMIN. Un pot amical leur a été ensuite offert par la municipalité.

Il faut dire que Mère Mathilde a été à l'honneur en 2014, bicentenaire de sa naissance. Elle a été sélectionnée à Singapour, dans la liste des femmes intronisées au Panthéon des femmes célèbres de ce pays (Singapore Women's Hall of Fame), lors d'une cérémonie présidée par le président du pays, Tony Tan. Le lendemain, 15 mars 2014, une cérémonie religieuse a eu lieu  en reconnaissance pour l’œuvre éducative des sœurs de l'Enfant Jésus, depuis 160 ans dans cette ville-nation; et un trophée a été remis à sa congrégation.

http://www.swhf.sg/the-inductees/16-education/134-st-mathilde-raclot

 

Convent of the Holy Infant Jesus (CHIJ)

Convent of the Holy Infant Jesus (CHIJ)

Repost 0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 16:13

Mère Sainte Mathilde,

religieuse missionnaire au Japon au XIXe siècle,

ouvrit la voie aux congrégations religieuses en Extrême-Orient.

Justine-Raclot-pionniere

Née le 9 février 1814 à Suriauville, Marie-Justine RACLOT entra dans la communauté apostolique des Sœurs de l'Enfant Jésus (Saint-Maur) le 19 mars 1835. Après un apostolat en Languedoc, elle partit pour la Malaisie où elle arriva le 5 février 1854. Après un long séjour à Singapour, elle fut envoyée au Japon, d'où les religieuses étrangères étaient depuis longtemps bannies. Elle fut ainsi la première religieuse à entrer au Japon en 1872 et y demeura pendant toute l’ère Meiji (1868-1912). Sa mission première fut de s’occuper d'orphelins et de pauvres, et en particulier de jeunes filles, souvent destinées à la prostitution. Son caractère entreprenant et décidé a laissé une forte marque au Japon, et de nombreux Japonais viennent à Suriauville visiter les lieux de son enfance. Elle est décédée le 20 janvier 1911 à Yokohama (Japon).
 
En août 2014, plus de trente Japonais, membres de la communauté de l'école Futaba à Yokohama, étaient à Suriauville pour visiter le village natal de leur fondatrice. Accompagnés d'une interprête, ils ont visité sa maison natale, l'église où elle fut baptisée, et le cimetière où sont inhumés ses ancêtres.
Ils ont ensuite apposé une plaque sur l'église :
Mathilde 1257
 
 
 
 聖母マチルダ、 19世紀に日本での宗教の宣教師、 極東の宗教の会衆のために道を開いた 
Seibo Machiruda, 19 seiki ni Nihon de no shūkyō no senkyōshi, Kyokutō no shūkyō no kaishū no tame ni michi o aita 
Repost 0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 14:37

Parution du n° 6 des Cahiers 2014 :

Au sommaire:

 

 

- Un coup d'audace des Mothois à Vézelise en 1644, par Régis Croué

- Le front Nord-Est de l'enceinte urbaine de La Mothe: du bastion Saint Antoine au bastion Vaudémont, par Jean Charles

- Les Sarazin de Germainvilliers et les sièges de La Mothe, par Antoine de Lavaulx

- Les bourgeois et habitants de La Mothe mentionnés dans les archives du Chapitre, par Geneviève Truong

- Les armes à feu à La Mothe, par Jean Charles

 

 

Ils sont disponibles

 

·         à Montigny-le-Roi, maison de la presse, 84 rue de Lattre-de-Tassigny
·         à Nancy, librairie Dornier, 74 grand-rue (uniquement l’après-midi)
·         à Nancy, au Hall du Livre, 38 rue Saint-Dizier
·         à Neufchâteau, librairie Lambert, 63 rue Saint-Jean
·         à Neufchâteau, maison de la presse, Centre commercial Leclerc
·         à Vittel, maison de la presse, 220 rue de Verdun

 

ou par correspondance à Jean CHARLES, 3 rue Victor Hugo, 67204 ACHENHEIM

 

Prix du n°: 10 € (ou 13,30 € frais de port compris)

 

Bonne lecture !

 


Repost 0
par LeJournaleux - dans Actualités
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 20:48

Domremy (88) : une souscription nationale pour la basilique Sainte-Jeanne d’Arc

Le clocher s’élance vers le ciel et la coupole adoucit ses lignes, à l’instar des collines alentour. Un peu en hauteur, au-dessus du village de Domremy, la basilique du Bois-Chenu, ou basilique nationale Sainte-Jeanne d’Arc, surplombe la vallée de la Meuse et ses paysages reposants empreints de sérénité.

 

basilique domremy.jpgC’est là, que l’adolescente aurait entendu les voix célestes. La première pierre a été posée le 3 novembre 1881 et la construction s’est achevée en 1934. Au fil du temps, elle s’est peu à peu dégradée.

 

Inscrite à l’inventaire des Monuments historiques depuis un arrêté du 24 juillet 2006, elle n’est toujours pas classée. À intervalles réguliers, le classement est évoqué, mais sans cesse repoussé.

 

Aujourd’hui, l’édifice semble en danger sans des travaux urgents, dont le montant est estimé à 1,25 million d’euros, dont 820.000 € pour la réfection du clocher.

 

Si des travaux ne sont pas engagés rapidement, le culte ne pourra plus être assuré à l’intérieur. Après des chutes de pièces, les éléments décoratifs du clocher ont dû être retirés ; la flèche doit être entièrement rénovée.

 

Les autres travaux envisagés concernent la rénovation de la galerie sud (13.000 €), l’électricité (15.000€), la liaison clocher-nef (3.000 €), ainsi que l’aménagement d’accès handicapés sur le parking (20.000 €) et le chauffage (60.000 €).

 

À la charge du diocèse, le bâtiment s’inscrit dans une époque, celle de la fin du XIXe siècle, au moment où la République et l’Église catholique tentent l’une et l’autre de récupérer la figure de Jeanne d’Arc glorifiée par l’historien Jules Michelet. À l’occasion de l’ouverture du procès en béatification de la paysanne lorraine, l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, et l’abbé Bourgaud, curé de Domremy, prennent conscience de la valeur symbolique des lieux de l’enfance de Jeanne et décident, en accord avec l’évêque de Saint-Dié, de l’édification de cette église. Elle sera finalement consacrée en 1926, six ans après la canonisation, et érigée en basilique mineure douze ans plus tard. Ce titre souligne le lien particulier qui l’unit au pape et à l’Église universelle.

 

Face aux dégradations et profitant des célébrations autour du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, l’évêque de Saint-Dié, Mgr Jean-Paul Mathieu, a décidé de lancer une souscription pour sauver l’édifice, qui appartient à l’histoire et au patrimoine lorrains et français (voire international) et dont l’intérieur est richement décoré de mosaïques et peintures qui retracent l’histoire héroïque de la jeune fille.

 

D’autant que Domremy demeure toujours un lieu de pèlerinage de chrétienté, mais aussi de tourisme international.

 

[d'après Vosges Matin]

 

 

‡ Don possible (avec déduction fiscale) sur www.catholique-vosges.fr 

ou par courrier (chèque libellé "Souscription basilique Domremy") adressé à :

Evêché de Saint-Dié, 7 rue de la Préfecture, 88000 EPINAL.

Repost 0
par LeJournaleux - dans Actualités
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 18:00

Un site intéressant ! il y a des rubriques et des adresses utiles, sur les Vosges en particulier, ...


Bonne découverte

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com

 

Repost 0
par LeJournaleux - dans Actualités
commenter cet article